L'église de BARS a dû être fondée entre 1025 et 1120, la bulle du pape Calixte II (datée de 1120) adressée à l'abbé Gui de Tourtoirac, confirme les possessions de l'abbaye de ce dernier et cite BARS comme prieuré faisant partie de nombreuses dépendances de cette abbaye bénédictine fondée en 1025. En 1023, dans le privilège du vicomte Gui de Limoges (qui dote l'abbaye) il n'est pas question de BARS; nous pouvons donc penser que la plupart des églises qui ne sont pas citées dans ce texte furent fondées entre cette date et 1120.



Au XIIIè, il est fait quelques allusions à "Barcium", mais il faut attendre le XIVe pour avoir des informations précises. En 1304, Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, vient faire la visite canonique de l'abbaye de Tourtoirac et de ses dépendances; il séjourne dans la région du 17 au 21 octobre et envoie ses "visiteurs" au priueré de Saint-Raphaël, à celui de Nouaillac et au prieuré de Bartz.


Nous connaissons aussi le nom de plusieurs prieurs de Bars : le moine Adémar (en 1324), Jourdain (qui sera élu abbé de tourtoirac en 1363) et son successeur Pierre (un Augustin),,  ou encore Raymond de Larivière qui, ayant porté les armes dans la suite du conte de Périgord, recevra le pardon de Grégoire XI en 1372.. En 1352, pendant la guerre de cent ans, l'église de Bars est fort maltraitée par les troupes du conte de Derby, on peut la considérer comme détruite.





Treize ans plus tard, le relevé du prince noir indique une population de 164 feux. L'église est réparée en 1380, il est signalé qu'elle a été dédiée "en l'honneur de Saint-Pierre et de Sainte-Quitterie(...) exposée aux incursions des Anglais ennemis du royaume de France, cette église a été assiégée par les mêmes ennemis, détruite et dépouillée de ses biens et de ses joyaux précieux.


Mais deux siècles plus tard, en 1579, à l'époque des guerres de religion, Bars voit passer Geoffroy de Vivant avec 300 gentilshommes et 500 arquebusiers.


Quelques repères au XVIIIe, des prieurs et curés : Buisson (1712), dom François Desgenetais (1720), Dom Bonheure (1730), dom Gilbert de Saint Afrique (1738-1748), Montastier (1743), Etc... En 1744, messire Pierre Durand Dubasti, prêtre chamoine de l'église cathédrale de Saint-Etienne et Saint-Front de Périgueux, est enterré dans l'église de Bars. Le 26 août 1761, Emmanuel Dieudonné de Gontaud est parrain d'une cloche.



Sous la révolution, le presbytère est vendu le 23 Prairial An IV.   Plus .....